Projet « vaka nui »                         23 10 2002

 

LE JOURNAL

 

Semaines Quatre & Cinq

 

 

VOLET FORMATION

 

 


Dans une formation comme celle que nous avons voulue, avec un mode de recrutement le plus large possible, donnant ainsi une seconde chance aux jeunes, il faut s’attendre à quelques abandons. Le lundi 21 octobre Ismael et Charles ont quitté la formation d’eux mêmes. Je pense que ces deux gars étaient trop loin du monde du travail et ses inévitables contraintes, avec en plus, dans leur cas, un problème d’acceptation de l’autorité.

 

Le SEFI a bien voulu nous autoriser à recruter deux autres nouveaux jeunes, ainsi depuis le 21 octobre nous sommes, moi y compris, quinze personnes à poursuivre la construction du hangar.

Les cours théoriques continuent, en particulier pour distinguer la résine polyester de la résine époxy. Les résultats des contrôles de connaissances montrent

1.        une différence de niveau entre deux groupes

2.       de réelles difficultés pour tous dans l’apprentissage théorique

3.        un très faible niveau général en mathématique élémentaire.

 

 

Le recrutement dans ce chantier de développement local s’est adressé en priorité aux jeunes en difficulté ou en voie de marginalisation. Nous avons ainsi respecté les critères de sélection souhaités par la MAFIC. Nous allons donc mettre en place  un enseignement basé sur une pédagogie différenciée, utilisant la pratique comme moyen d’acquisition, et parallèlement organiser une remise à niveau.


 

.


VOLET COMMUNICATION

 

Pour les deux équipes de production susceptibles de réaliser des reportages, il me semble que plusieurs thèmes de tournages peuvent être envisagés. Dans leur ensemble ils représentent la culture vivante des îles Marquises au centre du Pacifique.

 

·                                                            La construction de la pirogue

L’installation du marbre de construction, la réalisation du mannequin, la pose des premières lattes de bois, la pose du tissu de verre, le retournement de la coque, la liaison entre les deux coques, la réalisation des ornementations par les sculpteurs, la réalisation de l’habitat, la fabrication des mâts, l’installation des moteurs, l’armement, la mise a l’eau.

 

·                                                            Le travail spécifique des sculpteurs

Il pourrait être intéressant de les suivre aussi bien dans leur travail sur la pirogue elle-même que dans leur atelier dans le cadre de leurs activités quotidiennes (le choix des arbres, la tradition, les évolutions, etc.)

 


 


 

·                                                            Le travail spécifique des tatoueurs

Comme pour les sculpteurs, les multiples aspects de leur activité présentent un intérêt certain : choix des motifs, place et symbolique du tatouage dans la société d’hier et d’aujourd’hui. (Référence Marie Noëlle et Pierre OTINO.)

 

·                                                            Les danses aux Marquises.

Elles ont de tout temps joué un rôle de premier plan dans la culture marquisienne et résonnent aujourd’hui au quotidien dans la vie de la population du Nord au Sud de l’archipel des Marquises. Leur histoire, les musiques et légendes qui les accompagnent, leur importance dans la société d’aujourd’hui méritent sûrement le détour.

 

·                                                            Le travail ethnologique

La réalisation d’une maquette de 5 mètres d’une pirogue double suivant les modes de construction anciens a pour objectif principal de comprendre les réalisations d’hier replacées dans leur époque et dans leur contexte. (mise en place d’une mission ethnologique avec Hélène GUIOT)

 

·                                                            La navigation aux îles Marquises. Voyage inaugural.

Le voyage inaugural de la pirogue à HIVA OA, dans le cadre du festival des arts des Iles Marquises à la fin de l’année 2003, sera l’occasion d’un périple dans les différentes îles de l’archipel en vue de la promotion des futurs voyages de la pirogue double.

 

Fabrice FAURRE

Email : citoymon@hotmail.com

 

Crédit photos : Michel LARGERON et Fabrice FAURRE